Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Actions sur le document

Fauchage tardif

fauchage tardif 2Le fauchage tardif des bords de routes 

Vous l’aurez déjà sans doute remarqué mais chaque route ou chemin est bordé d’un accotement, d’un talus ou d’un fossé. Ce que l’on sait moins c’est que ces milieux, a priori anodins, renferment une biodiversité insoupçonnée. En effet, ces zones vertes reçoivent les semences apportées par le vent, par les animaux et par le trafic routier et, à partir de là, la flore commence à se développer rendant ainsi ces endroits accueillants pour de nombreux insectes butineurs à la recherche de nectar et de pollen, et autres petits animaux à la recherche de nourriture et d’un refuge.

Saviez-vous que de nombreuses espèces sont actuellement menacées par la destruction et la fragmentation de leurs habitats ? Ceci est notamment dû à l’urbanisation, à l’industrialisation, à l’agriculture intensive, etc. avec pour conséquences la disparition d’éléments paysagers tels que les prés de fauche, les zones humides, les haies, etc. nécessaires à la faune et à la flore.

Fort heureusement, les bords de routes, sans intérêt économique, permettent à quantités d’espèces végétales de se maintenir, de fleurir et de produire des semences. Ces bords de routes sont également des « corridors biologiques » car ils offrent la possibilité à la vie sauvage de relier des îlots d’habitats disséminés sur le territoire, évitant ainsi l’isolement des espèces et favorisant le brassage génétique.

Mais leur intérêt ne s’arrête pas là, ils remplissent également un rôle esthétique car la végétation s’y développant varie au gré des saisons apportant multitude de couleurs en fonction des floraisons des espèces qui les ont colonisés. Les espèces végétales qu’on y retrouve varient selon le climat régional ou local, le relief, la nature du sol et de sa fertilité, l’exposition au soleil, les milieux avoisinants : champ, prairie, bois ou forêt, etc.

Pratiquement, le fauchage tardif des bords de routes consiste à ne réaliser qu’une fauche annuelle, après le 1er août ou le 1er septembre. Les zones de fauchage tardif sont choisies en tenant compte des aspects de sécurité routière et du patrimoine naturel présent. Une bande de sécurité d'une largeur d'environ 1 m - 1,20 mètre est régulièrement coupée en bordure de la voirie pour permettre aux usagers de la route (piétons) d’y circuler, la zone de fauchage tardif étant, quant à elle, située au-delà de cette bande de sécurité.  

Notre Commune a adhéré à « l’opération de fauchage tardif des bords des routes » en 2003 et a étendu cette fauchage tardif pratique à d’autres terrains communaux qui, autrefois, étaient tondus systématiquement et qui, maintenant, sont transformés en « prés fleuris » fauché une fois l’an. C’est le cas notamment de l’arrière de la Maison communale, du rond-point de Chassart, du hall sportif et d’une partie du Parc Prés-Saint-Pierre.

Vous aussi vous pouvez contribuer à préserver notre environnement en adoptant simplement ces mêmes gestes à votre échelle. Ainsi, évitez d’utiliser des herbicides dans vos jardins, sur les accotements et talus bordant votre habitation (pratique qui sera d’ailleurs bientôt interdite sur le domaine public), laissez une partie de votre jardin en pré fleuri qui ne sera fauché qu’une fois par an  et lorsque vous vous promenez n’abandonnez pas vos déchets sur les bords de routes !  

Cartographie de "l'opération de fauchage tardif des bords de routes" sur Villers-la-Ville :

Les tronçons repris en brun foncé représentent les zones de fauchage tardif

Fauchage Tardif