Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Actions sur le document
Vous êtes ici : Accueil / Administration / Services communaux / Eco-conseil - Environnement / Appliquer le coût-vérité au traitement de nos déchets

Appliquer le coût-vérité au traitement de nos déchets

Les possibilités de tri des déchets et de traitements se multiplient. C’est une bonne nouvelle pour l’environnement mais une moins bonne pour le citoyen. Il doit mettre la main à son portefeuille pour contribuer à l’augmentation de ces coûts de traitements et de collecte.

Le 30 octobre 2020, le Conseil communal a, une nouvelle fois, approuvé l’adaptation nécessaire des montants de la taxe sur les déchets ménagers et assimilés, à savoir :
- 50 € pour les isolés;
- 80 € pour les ménages de 2 personnes;
- 110 € pour les ménages de 3 personnes et plus, sociétés/indépendants et secondes résidences.

Ils ont dû être revus à la hausse, conformément à la réglementation wallonne à savoir que les Communes doivent impérativement facturer entre 95 et 110% des coûts de l'enlèvement et du traitement des déchets. La participation à ces coûts de la part des citoyens est donc uniquement affectée à ces dépenses.

Quelques chiffres pour bien comprendre:

- coûts de collecte : + 100.000 € (après marché public)

- coûts de traitement : + 25.000 € (une augmentation de 20% pour les coûts de traitement)

- coûts du recyparc  : +25.000 € (une augmentation de 10% pour les coûts du recyparc)

Actuellement, la moyenne des déchets traités pour la zone InBW (27 Communes du Brabant wallon + Braine-le-Comte) est de 141 kg/an/habitant. A Villers-la-Ville, plus particulièrement, on atteint 136,60 kg/an/habitant. Depuis plusieurs années, la tendance est à la diminution. L’objectif étant d’atteindre à terme 100 kg par habitant par an.

Malheureusement, bien que les quantités collectées en porte-à-porte diminuent, les coûts de collecte et de prise en charge des déchets augmentent. Les prix remis lors des nouveaux marchés publics de collecte pour le même service sont plus élevés que par le passé. De nouvelles directives apparaissent, imposant d’élargir les collectes ou encore les types de déchets repris sur les recyparcs.
Toutes ces ambitions pour tendre vers le zéro déchet représentent un coût ! Un coût qu’il faut répercuter sur le citoyen dans le cadre de l’obligation d’exécution du coût-vérité!

Des perspectives de coûts encore à la hausse

Depuis mai 2021, la Commune de Villers-la-Ville a décidé de mettre en place une collecte séparée des déchets organiques sur son territoire, anticipant ainsi la Directive européenne imposant la collecte séparée des biodéchets d’ici l’horizon fin 2023. 
Dès juillet 2021, le démarrage de la collecte des P+MC (élargissement de la notion de PMC aux films, barquettes, pots de yaourt et autres emballages en plastique…) prendra également place en Brabant wallon.
Malheureusement, si c’est une bonne nouvelle pour l’environnement, c’est une moins bonne nouvelle pour les budgets communaux et le portefeuille des citoyens !

Les estimations de Fost Plus sont que l’élargissement aux P+MC va permettre de sortir du sac des ordures ménagères près de 6 à 8 kg de plastiques supplémentaires.
Le transfert de ces plastiques vers le sac bleu va provoquer une diminution du nombre de sacs blancs payés par la population. Selon les estimations de l’intercommunale, la réduction des recettes de la vente des sacs blancs pour les Communes pourrait atteindre environ un million d’euros par an sur l’ensemble de la zone InBW!
A noter que ce nouveau système de tri impacte également les Communes qui pratiquent la collecte via des conteneurs à puces vu la diminution du nombre de levées.