Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Actions sur le document
Vous êtes ici : Accueil / Administration / Santé / Don d'organe

Don d'organes

Si ma vie s'arrête, une autre continue...

  • Que dit la loi?

En Belgique, la loi qui encadre les prélèvements et transplantations d'organes date de 1986. Elle est basée sur le principe de "Qui ne dit mot consent": chaque citoyen belge ou inscrit au registre des étrangers depuis au moins 6 mois est un donneur présumé, sauf s'il a refusé officiellement. Le don d'organes est anonyme. Il n'est pas rémunéré.

  • Comment puis-je déclarer ma volonté?

Vous avez trois possibilités pour faire votre déclaration :

* Faire la demande auprès de votre administration communale
* Demander à votre médecin traitant de le faire pour vous
* Le faire directement vous-même, en ligne, via le portail www.masanté.be (besoin d’un lecteur de carte d’identité ou via l’application it’s me).

Que vous soyez pour ou contre, enregistrez vos préférences
Par rapport à ces 4 finalités, la loi prévoit que, par défaut, toute personne est réputée donneur potentiel après son décès. Si vous n’avez pas exprimé d’autre choix, vous serez donc enregistrés dans la base de données centrale comme ‘donneur par défaut’.

Vous pouvez cependant soit vous opposer à certains types de prélèvements ou, au contraire, indiquer que vous y êtes favorable.

Vous pouvez exprimer votre volonté par rapport à 4 situations :
* Don d’organes pour la transplantation
* Don de matériel corporel humain pour la transplantation
* Don de matériel corporel humain pour la fabrication de médicaments
* Don de matériel corporel humain pour la recherche

  • Puis-je faire une déclaration pour mon enfant?

Non. Selon la loi, les parents peuvent uniquement émettre une opposition pour leur enfant.

  • La mort cérébrale, c'est quoi?

C'est la destruction irréversible du cerveau due à un accident vasculaire cérébral, un traumatisme crânien, etc. Le diagnostic de mort cérébral est établi sur base de signes cliniques et éventuellement d'examens complémentaires. Il doit être posé par trois médecins, qui sont toujours indépendants des équipes de prélèvements et de transplantation.

  • Quels organes peut-on prelever?

On peut prélever les organes dits "nobles", dont on ne peut se passer pour vivre comme le coeur, les poumons, le foie, les reins, le pancréas, les intestins.

  • Puis-je choisir les organes que je peux donner?

Pas dans le Registre National. Celui-ci permet d'émettre un choix "général": un accord ou une opposition. Mais vous pouvez donner plus de précisions à votre famille, qui sera toujours avertie d'un éventuel prélèvement.

  • Qui paie les différents frais?

Dès que la mort cérébrale est confirmée, les frais de maintien du donneur sont répartis entre les différents receveurs. En tant que donneur, vous ne devez donc rien payer. Par contre, les frais funéraires restent à charge de la famille du donneur.

  • Donner mes organes, c'est comme donner mon corps à la science?

Non. Le don d'organe permet de sauver des vies, pas de faire de la recherche scientifique. Les organes sont directement transplantés chez la personne en attente. Le corps du donneur est ensuite rendu à sa famille.

Pour en savoir plus:

 02/524.97.97

YmVsZG9ub3JAc2FudGUuYmVsZ2lxdWUuYmU=